Les croyances sont essentielles chez les touareg.

Ces derniers sont, pour la plupart, musulmans Maliki, embranchement résultant des enseignements du grand prophète El Maghili. Il semble toutefois que l’islam ne soit pas la principale préoccupation des touareg même s’ils prient comme les autres, cinq fois par jour…

Bien qu’ayant eu lieu avant le XIe siècle, l’islamisation de cette partie du Sahara se dessinant entre l’Afrique noire et l’Afrique du Nord fut relativement tardive et les rites plus difficiles à disparaître. La religion y est donc fortement influencée par les modes de vie anciens. Pour les touareg par exemple, c’est leur activité principale, l’élevage, qui influe directement sur leurs croyances. Ils ont ainsi, au fil des époques, ajouté des éléments de leurs croyances à la pratique de l’islam. Par exemple, ils ont une prière spécifique pour les animaux qui se perdent dans le désert.

L’éducation religieuse des touareg se fait de la sorte : les jeunes reçoivent un enseignement coranique basique qui lui, se divise en trois cycles. Durant cet enseignement, les jeunes récitent la suite des sourates (le Coran) dans le but ultime de participer à la lecture publique au 20e jour du ramadan. Ces lectures publiques ont pour leur part lieu dans la mosquée. Enfin, après cet enseignement de base, ils ont droit de recevoir l’enseignement des grands religieux.

Si comme chez tous les musulmans, les prières des touareg sont quotidiennes, certains détails de la pratique sont parfois différents. C’est le cas du respect du ramadan (neuvième mois du calendrier islamique, pendant lequel les musulmans doivent s’astreindre à certaines privations entre le lever et le coucher du soleil). Étant donné le nomadisme partiel ou total des communautés, ils ne le respectent pas en tous points.

De même, comme tous les musulmans d’Afrique du Nord, les touareg croient en la présence continuelle des esprits (djinns) et reposent sur le Coran. Les hommes doivent également commencer à porter un voile qui consiste à cacher complètement leurs visages, à l’exception des yeux, et ce, dès l’âge de 25 ans. Ce voile ne doit jamais être retiré, même si devant la famille. Les femmes ne sont quant à elles pas tenues de porter de voile.

Comme les esprits et les génies du désert leur font une peur bleue, les touareg portent en permanence un talisman au cou. Il s’agit d’une petite boîte qui renferme des passages du Coran, tout simplement.